sentiers de marche Visitez chacune de nos maisons Infos sur nos tarifs Activités 4 saisons aux alentours Tout sur les transports Contactez-nous par courriel ou réservez en ligne

 

Réserve naturelle d'oiseaux du Cap-Tourmente

 

 

Le Cap-Tourmente, à 10 minutes de Chalets-Village

 


Cette magnifique réserve est située à quelques minutes des maisons de campagne de Chalets-Village Mont-Sainte-Anne.
 

 

 

 
  Attirée par la végétation des marais du Cap Tourmente, les Grandes Oies des neiges qui y séjournent au printemps et à l'automne constituent une partie de l'unique population mondiale de cette sous-espèce. Une autre sous-espèce, la Petite Oie des neiges, se retrouve principalement à la baie d'Hudson.

La présence de ces oiseaux au Cap Tourmente remonte à fort longtemps. Jacques Cartier, les Jésuites et Champlain en font mention dans leurs récits de voyage. Toutefois, les oies n'ont pas toujours été  aussi nombreuses; elles étaient environ 3 000 au début du siècle, frôlant ainsi l'extinction. Grâce à des mesures de protection efficaces, on en dénombre plus de 800 000 aujourd'hui.

Pour assurer leur survie à long terme, le Service canadien de la faune a institué la Réserve nationale de faune du cap Tourmente en 1969 pour protéger l'habitat de la Grande Oie des neiges en période de migration. De plus, afin de permettre au public de mieux profiter de ce spectacle unique, le Service canadien de la faune y a aménagé un réseau de sentiers et de postes d'observation de même qu'un centre d'interprétation doté de tous les services.
 

 
 
  Grandes Oies des neiges, bl. et bleue

Grandes Oies des neiges, phase de coloration blanche (usuelle) et bleue

Grande Oie des neiges

  Où et quand observer les oies?

C'est à
l'automne que les rassemblements d'oies sont les plus spectaculaires. Durant la période qui va de la fin septembre à la fin d'octobre les concentrations majeures de Grandes Oies des neiges se retrouvent principalement dans la région de la ville de Québec et de Montmagny.
Le territoire de la Réserve nationale de faune du cap Tourmente accueille souvent plus de 75 000 oies lors de cette période. Elles abondent également au lac Saint-Pierre (Baieville notamment) et tout le long du Richelieu jusqu'au lac Champlain. On peut aussi les observer au lac Saint-Jean et en aval de Rivière-du-Loup.

Au printemps, les oies se dispersent davantage tout au long de l'axe de l’estuaire et du fleuve Saint-Laurent. Cette tendance s'est amplifiée au cours des dernières années.

L'accroissement de la population des Grandes Oies des neiges et la possibilité pour celles-ci d'utiliser au printemps des ressources alimentaires non disponibles l'automne ( à cause de la pression de chasse) sont certainement des facteurs qui y ont contribué.

Les oies se dispersent du lac Saint-François à l'estuaire du Saint-Laurent. Au sud-ouest de la ville de Québec, les secteurs les plus fréquentés par les oies sont ceux de Sainte-Barbe au lac Saint-François, de Baieville au lac Saint-Pierre, de Saint-Augustin près de Québec et tout le long du Richelieu jusqu'au lac Champlain à Philipsburg.

Au nord-est, l'ensemble de la rive sud de Saint-Vallier à la Réserve nationale de faune de la baie de L'Isle-Verte est très fréquenté . Sur la rive nord, la Côte de Beaupré ainsi que la Réserve nationale de faune du cap Tourmente accueillent aussi des groupes nombreux. On peut aussi observer les oies à la baie de Mille-Vaches et à la Pointe-aux-Outardes, près de Baie-Comeau.
 

  Le voyage annuel de la Grande Oie des neiges

Les besoins des oies par rapport au milieu naturel varient selon les différentes étapes de leur cycle vital. Leurs migrations les conduisent successivement dans des habitats particuliers répondant chacun à des exigences bien précises. Cap Tourmente constitue une étape importante de ce périple annuel.

Printemps
Les oies séjournent dans nos régions en  avril et en mai après avoir franchi sans escale 900 km depuis la côte est américaine. Elles consacrent beaucoup de temps à se nourrir dans les champs et marécages afin d'accumuler les réserves de graisse d’où elles puiseront l'énergie  nécessaire pour continuer leur voyage vers le nord.

L'augmentation du  troupeau ne va pas sans causer des  conflits d'utilisation du territoire avec le  secteur agricole. Environ 3 000 km les séparent encore de leurs aires de reproduction. Les oies nous quittent dans la 3e semaine de mai et voyagent  en suivant un corridor migratoire relativement bien défini, possiblement avec un court arrêt dans la péninsule de l'Ungava.

Été
Fin de mai début juin, les oies atteignent les îles Baffin et Bylot lesquelles constituent les principales aires de nidification. L'hiver est à peine terminé et les oies ont tout juste quelques semaines pour se reproduire et muer avant le retour du gel à la fin août. Elles nichent au sol. La ponte a lieu vers la mi-juin et les jeunes (habituellement 3 ou 4) éclosent vers le 10 juillet. Ils ne disposeront que de 6 à 8 semaines pour atteindre un poids presque 20 fois supérieur à celui de leur naissance.

Heureusement, durant l'été arctique, l'abondante végétation herbacée fournit aux oisons en croissance une nourriture de qualité. Cependant, l'accroissement de la population risque de créer une situation où la quantité de nourriture ne suffira plus aux besoins des nombreux oisons. Si le printemps est tardif, peu d'oies se reproduisent, ce qui limite la croissance de leur population.

Automne
Dès le début de septembre, le gel entrave l'alimentation des oies. Elles doivent quitter l'Arctique. Les jeunes ont presque atteint la taille des adultes. À nouveau, elles arrêtent dans l'Ungava et la durée de cette escale dépend des conditions climatiques. Les oies qui n'ont pas couvé arrivent au cap Tourmente les premières, suivies de groupes familiaux. La majorité des oies s'y retrouvent habituellement vers la mi-octobre et elles se rassemblent beaucoup plus densément qu'au printemps.

Les oies occupent surtout le marais intertidal (zone des marées) du cap Tourmente et de l'île aux Grues. Elles s'y nourrissent des rhizomes du scirpe d'Amérique pour faire des réserves de graisse qui leur permettront d'entreprendre le voyage vers leurs quartiers d'hiver. Elles séjournent dans nos régions principalement en octobre et c'est durant cette période qu'a lieu la saison de chasse.

Vers la fin d'octobre, le marais intertidal du cap Tourmente est littéralement rasé et avec l'arrivée du gel, les oies s'apprêtent à partir. Certaines d'entre elles effectuent sans escale un vol de 900 km pour atteindre leurs aires d'hivernage, alors que d'autres en feront un ou plusieurs - notamment au lac Saint-Pierre ou au lac Champlain.

Le vol en formation leur permet d’économiser leur énergie tout en gardant un contact visuel.

Hiver
Les territoires utilisés s'étendent sur la côte américaine entre le New Jersey et la Caroline du Sud. À ces endroits, les oies se nourrissent de plantes marécageuses comme la spartine et de céréales qu'elles trouvent dans les champs cultivés. Elles se regroupent vers la fin de l'hiver et sont de retour au cap Tourmente en avril.
 

  Coloration des oies

L'oie des neiges est-elle toujours blanche comme la neige ?
Durant la première année, les jeunes oies sont de coloration uniformément grise, à l’exception du bout des ailes qui est noir. Dès la deuxième année, elles sont presque aussi blanches que leurs parents; seules quelques plumes grises persistent sur le dos, les ailes ou la queue.

Le bec et les pattes qui étaient très sombres deviennent roses comme ceux des adultes. Au début de la troisième année, les oies adoptent leur teinte blanche.

Cherchez l'oie bleue
Parmi les oies on peut parfois observer des individus gris foncés-bleuâtres; par contre, leur taille, leur forme et la coloration blanche de leur tête sont identiques à celles des Grandes Oies des neiges typiques. Il ne s'agit pas d'une espèce différente, mais uniquement d'une forme de coloration.

Il arrive que l'on retrouve des individus bleus et d'autres blancs dans une même couvée. Curieusement, les sujets bleus sont plus fréquents chez la Petite que chez la Grande Oie des neiges.

Aussi, l'observation régulière d'oies bleues au cap Tourmente nous suggère qu'un certain nombre de Petites Oies des neiges se joignent aux Grandes Oies des neiges en migration. Ceci est dû au fait que les deux sous-espèces partagent une partie de leurs aires de reproduction.
 

 
  Grandes Oies des neiges, print.
 

Grandes Oies des neiges: groupes familiaux.

 
 

Grandes Oies des neiges au repos

 
  Oies des n MD 120
  Comportement des oies au cap Tourmente

Groupes familiaux
Les liens familiaux sont très importants chez la Grande Oie des neiges. En effet, le couple est uni à vie et le mâle participe à l'élevage des jeunes. Ces derniers suivent leurs parents durant la première année de leur vie.

Alimentation
En se nourrissant dans le marais, les oies enfoncent leur tête et leur cou dans la vase. Elles creusent ainsi pour extirper les racines (rhizomes) du scirpe d'Amérique riches en matières nutritives. Cette vase contient des traces de fer, ce qui a pour effet de donner une teinte roussâtre aux plumes du visage et du cou.

Guet
Pendant que plusieurs oies se nourrissent, d'autres assument un rôle de sentinelles. On les reconnaît à leur attitude attentive : le cou bien droit et prêtes à donner l'alerte au moindre danger.

  Quelques statistiques

Longévité : 8 ans en moyenne (20 ans maximum).
Vitesse : 60 km/h en migration, 100 km/h maximum.
Poids des adultes : 2,8 kg en moyenne, 4,0 kg maximum.
Envergure des ailes : 1,5 m en moyenne.
Distance du cap Tourmente aux quartiers d'hiver : 900 km environ.
Distance du cap Tourmente aux aires de reproduction : 2 700 à 3 800 km.
Maturité sexuelle : 3 ans.
 

 
 

Année

 Population de la Grande Oie des neiges inventoriée au printemps le long du Saint-Laurent

Succès de reproduction
(% de jeunes dans le troupeau à l'automne)

1993

417 500

47,8

1994

596 000

9,2

1995

612 000

16,6

1996

669 000

25,0

1997

657 500

41,6

1998

835 000

37,5

1999

803 000

2,0

2000

814 000

22,7

2001

837 000

27,5

2002

639 275

5,9

Etc.

 Disponible sur le site du Cap-Tourmente

 

 
   

 

 

 
In English Nos maisons Tarifs Activités Transports Contactez-nous